Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Japon fantastique en traductions
  • Le Japon fantastique en traductions
  • : Le Japon fantastique n'est que peu traduit, il est temps de lancer dans la course les traducteurs littéraires qui veulent relever le défi du fantastique, de la SF et de la fantasy du Soleil Levant (et il y en a !)
  • Contact

Le Japon fantastique en traductions

Vous recherchez un traducteur littéraire, spécialiste de la littérature japonaise et des littératures de l'imaginaire, pour traduire, en vue d'édition ou à titre privé, une œuvre, une nouvelle, un article ? Je peux vous fournir un travail de qualité, soigné et rapide. Mes conditions sont à discuter : l'art et la diffusion de la littérature japonaise sont mes priorités. Vous pouvez utiliser le formulaire de contact pour me joindre.


Sur Twitter : @Darthremora

Licence

Le articles de ce blog sont mis à disposition selon la licence Creative Commons.

Licence Creative Commons

28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:41

Je vous parlais il y a peu de la Pérégrination vers l'Ouest, et j'avais mentionné que le véritable héros de cette épopée, c'était Sun Wukong - en japonais Son Gokû. Et je suis sûr que la plupart d'entre vous, lorsque j'évoque ce personnage, pensent à lui, là, dessous :

SongoKu-wallpaper.jpg

Eh oui, il s'agit bien du héros de Dragon Ball... Et ce n'est là qu'un des nombreux avatars de ce "superhéros" de la littérature chinoise. Et tout vient de cette oeuvre. Tous les Son Gokû que vous pourrez voir viennent de là. Indirectement, même celui du navet intergactique Dragonball Evolution...

 

1) Les pouvoirs de Son Gokû

Avant de se convertir au "Juste Fruit" du bouddhisme et d'entreprendre le voyage vers l'Ouest avec le bonze "Tripitaka" Xuanzang, Son Gokû était un personnage déjà bien singulier.

Né "du ciel et de la terre" dans un oeuf de pierre, le "Beau singe-roi" devient rapidement le souverain de son espèce et part à la recherche de la "Voie" (entendre ici la quête d'immortalité propre au taoïsme) et apprend toutes sortes de pouvoirs : il peut "culbuter dans les nuages" et se rendre instantanément n'importe où dans le monde, il maîtrise les "72 transformations" et peut donc prendre l'apparence, virtuellement, de n'importe quoi. Et puis il possède le "Bâton de Bon plaisir" qui pèse des tonnes et peut prendre la taille et l'épaisseur de son choix...

Forts de ses pouvoirs, il est monté au ciel et a demandé à obtenir un poste dans le panthéon, se nomment lui-même "le Grand Saint égal au Ciel" mais, toujours regardé de haut par l'Empereur de Jade (le souverain des cieux chinois), il provoque les "graves troubles du ciel" et rien ne peut le vaincre : il est même "forgé" et "fondu" pendant des années dans le four alchimique de Lao-tseu... Il en ressortira invunérable, avec juste les yeux un peu rouges (définitivement).

Il faudra la puissance de la Loi du Bouddha, la plus puissante de tous les univers, pour le terrasser.

Dans un épisode mythique, le Bouddha le prend dans sa main et lui demande de se rendre au bout du cosmos et d'y revenir. Persuadé de réussir, il s'y rend, découvre des piliers et inscrit son nom. Il en profite pour faire un petit pipi et revient vers le Bouddha, qui se moque de lui on lui montrant qu'il n'a rien fait d'autre que de rester dans sa main, où figure sa signature et son pipi qui dégouline gentiment... Le Bouddha transforme alors sa main en montagne dans laquelle il restera cinq siècles, jusqu'à être libéré et converti pour partir dans sa Pérégrination vers l'ouest.

 

2) Sa kryptonite

Si Sun Wukong / Son Gokû a tous les pouvoirs possibles et imaginables, il a quand même quelques limites. Premièrement, lorsqu'il se convertit, la bodhisattva Guanyin (Kannon) lui place un cercle de métal sur le crâne : quand on récite la bonne formule, cela lui inflige d'épouvantables douleurs (de quoi calmer ses instants violents).

Et puis s'il est tout-puissant, ses compagnons le sont moins et le moine Xuanzang lui, ne sait globalement que pleurer et avoir de la compassion... De quoi passer 2000 pages à voir comment Son Gokû se retrouve systématiquement dépasser par un maître qui se fait toujours enlever et des compagnons d'une compétence douteuse...

 songoku-copie-1.jpg

 

3) Les avatars du Beau singe-roi de nos jours

Le plus intéressant avec Son Gokû, c'est qu'il est avant tout un personnage populaire de la littérature chinoise et japonaise. Tout le monde le connaît, sous une forme ou sous une autre, alors que tout le monde ne se souviendra pas du nom du moine qu'il protégait.

J'ai déjà mentionné Dragonball, mais il y a également eu deux dramas japonais qui ont retracé ses aventures

En 1978 (j'ai tout vu !). Il doit même exister une version en anglais, cette série avait cartonné en Australie sous le titre (justement) Monkey.

 

 

Et en 2006... Malheureusement trop récent pour trouver des vidéos durables face à un monde médiatique japonaise en guerre ouvert contre les médias libres et gratuits. Donc une petite photo :

 

c0113733_333485.jpg

(On remarquera que dans les versions japonaises, Tripitaka est joué par une femme).

Et puis plusieurs adaptations chinoises, qu'on peut même voir gratuitement. Ou même encore une autre que je peux même vous montrer :

 

 

Sans parler des mangas, des mangas, des mangas ou des mangas...

 

Sympa, hein ? Pour ma part, je vous laisse dans la main du Bouddha pour aller continuer ma lecture et je vous parlerai la prochaine fois des "personnages secondaires" de cette fresque de fantasy, Porcet, Sablet et le moine Tripitaka.

Partager cet article

Repost 0

commentaires