Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Japon fantastique en traductions
  • Le Japon fantastique en traductions
  • : Le Japon fantastique n'est que peu traduit, il est temps de lancer dans la course les traducteurs littéraires qui veulent relever le défi du fantastique, de la SF et de la fantasy du Soleil Levant (et il y en a !)
  • Contact

Le Japon fantastique en traductions

Vous recherchez un traducteur littéraire, spécialiste de la littérature japonaise et des littératures de l'imaginaire, pour traduire, en vue d'édition ou à titre privé, une œuvre, une nouvelle, un article ? Je peux vous fournir un travail de qualité, soigné et rapide. Mes conditions sont à discuter : l'art et la diffusion de la littérature japonaise sont mes priorités. Vous pouvez utiliser le formulaire de contact pour me joindre.


Sur Twitter : @Darthremora

Licence

Le articles de ce blog sont mis à disposition selon la licence Creative Commons.

Licence Creative Commons

29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 21:43

51IRmA7y3nL._SL500_AA300_.jpgVoilà un moment que j'ai achevé ma lecture de A Dance with Dragons, le cinquième volume de la série A Song of Ice and Fire, plus connue en français sous le nom du "Trône de Fer". Bien que je n'ai jamais lu la série en français, je profite - petit élan populiste - de poster ma critique alors que sort chez Pygmalion le premier tiers de ce livre sous le titre Le Bûcher d'un roi, et que, dimanche, sera diffusé le premier épisode de la seconde saison de la série adaptée des livres, Game of Thrones, que les pirates du monde entier s'arracheront, j'en suis sûr.

 

Ma critique

Rassurez-vous, je vais vous évitez les spoilers, par contre ceux qui auraient un retard conséquent dans la série risquent un peu de tomber sur des infos indues, passez votre chemin.

Dans le livre précédent, A Feast for Crows (qui correspond en français aux livres 10 à 12), l'on ne suivait que quelqu'uns des personnages qu'on avait pu précédemment rencontrer : l'action délaissait le Nord et les terres étrangères pour se concentrer sur la capitale, le Trident et Dorne. Sans surprises, le premier tiers de ce cinquième opus reprend donc les personnages qui avaient été laissés pour compte, en opérant bien sûr un retour en arrière dans le temps, et on peut même y rencontrer quelques "invités-surprises" qu'on ne s'attendait pas à revoir (ce qui est un point positif). On rédoucouvrira ainsi ceux qu'on attendait depuis 1000 pages, Bran, Jon, Stannis, Dany ou encore Tyrion.

Seulement voilà, c'est la guerre à Westeros. Et l'hiver arrive. C'est toujours aussi intéressant dans l'univers des livres, mais l'enlisement devient véritablement littéraire. Les personnages se sont multipliés (désormais, la lancée du livre précédent se confirme : certains personnages n'apparaissent parfois que pour un seul chapitre, gonflant inutilement le nombre de pages), mais la situation, elle, n'évolue guère : peu d'événements marquants parsèment A Dance with Dragons, et quasiment aucun dans les lignes du Bûcher d'un Roi : ici, on a de la peine à démarrer et on comprend que, de la trilogie que Martin nous avait promis - il y a plus de dix ans - on prévoie aujourd'hui sept livres, ce qui, en français, devraient en représenter pas moins de 21 (ce qui multiplie au moins par trois, d'ailleurs, le prix d'achat de l'intégralité des livres en français, mon coup de chapeau aux éditeurs gaulois qui préfèrent les livres coupés en morceaux et les sousous dans la popopche).

Si A Dance with Dragons (plus de 1000 pages en grand format) n'est pas complètement dénué d'intérêt, il s'y passe, en plus de pages, moins de choses que dans les livres précédents (dans la lancée, toutefois, de Feast for Crows) mais surtout, dans le Bûcher d'un roi, il ne se passe rien. Les fans ne pourront que dire "et la suite ?", alors que les anglophones l'auront lue depuis bientôt un an et les autres se diront que, décidément, Game of Thrones, ce sera plus intéressant à la télé.

Comme je ne veux pas complètement donner l'impression d'une mauvaise critique, je pense que, quand on aime Martin et qu'on aime le genre, cela se laissera lire. On en apprend un peu plus sur les personnages qu'on aime, on se retrouve plongé dans un monde qui, mine de rien abonde de petits détails (trop ?) qui lui donnent une saveur unique. D'ailleurs je l'ai lu et je ne me suis pas plaint... mais l'impression d'avoir lu 1000 pages d'enlisement et de stagnation politique et - je spoile un peu - pas le moindre signe d'évolution vers un quelconque dénouement laisse un peu un goût de feu et d'acier dans la bouche (même si je pense enfin avoir définitivement compris la fin vers laquelle on essaie de tendre).

Et surtout, je pense que le pire, c'est la division incongrue des ouvrages en français : c'est une faiblesse qui ne manquera pas d'en dégoûter plus d'un : rien n'indique que le Bûcher d'un roi est une oeuvre partielle dans le bouquin (c'est presque une tromperie sur la marchandise). Et je me demande d'ailleurs d'où sort le titre... Surtout que Danse avec les dragons (première partie), ç'aurait été tellement vendeur...

 

Ma note

Bien (pour la version anglaise)

Insuffisant (pour la version française). Prenez votre mal en patience et lisez tous les tomes d'un coup, tout seul, ça n'en vaut carrément pas la peine (surtout celui-là).

 

Références

MARTIN George R R, Le Trône de Fer 13 - Le Bûcher d'un roi, Pygmalion, 2012

MARTIN Gearge R R, A Dance with Dragons, Bantham books, 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires