Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Japon fantastique en traductions
  • Le Japon fantastique en traductions
  • : Le Japon fantastique n'est que peu traduit, il est temps de lancer dans la course les traducteurs littéraires qui veulent relever le défi du fantastique, de la SF et de la fantasy du Soleil Levant (et il y en a !)
  • Contact

Le Japon fantastique en traductions

Vous recherchez un traducteur littéraire, spécialiste de la littérature japonaise et des littératures de l'imaginaire, pour traduire, en vue d'édition ou à titre privé, une œuvre, une nouvelle, un article ? Je peux vous fournir un travail de qualité, soigné et rapide. Mes conditions sont à discuter : l'art et la diffusion de la littérature japonaise sont mes priorités. Vous pouvez utiliser le formulaire de contact pour me joindre.


Sur Twitter : @Darthremora

Licence

Le articles de ce blog sont mis à disposition selon la licence Creative Commons.

Licence Creative Commons

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:29

imagesVoilà que ma lecture de la Périgrination vers l'Ouest approche de son terme ("plus que" trois cents pages). Je vous en ai déjà parlé et je vous ai aussi présenté le personnage principal, Son Gokû (en japonais dans le texte, même si, on se souvient, il s'appelle en français Singet Conscient-de-la-vacuité le Novice), il est temps que je vous parle des trois faire-valoir qui l'accompagnent, même si, officiellement, l'un d'eux est censé être le personnage principal (ce qui est très drôle, parce qu'il n'est pas du tout "le héros" !)

Je vais commencer par un personnage qui ne perdra pas complètement les amateurs de Dragonball... Allons-y donc.

 

Porcet Huit-Défenses (Zhu Bajie, Cho Hakkai 猪八戒)

zhubajie.jpg

Autant vous le dire tout de suite, ce personnage est un porc. Dans tous les sens du terme (c'est d'ailleurs son nom de famille). Second disciple du grand moine Tripitaka, il est récupéré chez d'honnêtes gens dont il mangeait toutes les récoltes en profitant à son aise de la fille (dans tous les sens du terme aussi). Converti (d'abord par la bodhisattva Guanyin puis un peu de force par Singet) à la Bonne Loi du bouddhisme, il prend le nom de Huit-Défenses ("l'Octologue" des moines bouddhistes), ce qui est ironique puisqu'il n'est pas du genre à vivre dans le jeûne et la tempérance.

Il faut dire qu'il n'est pas tombé sur terre par hasard (selon les lois des renaissances avec lesquelles le roman joue un peu comme bon lui semble) : ce cochon était "l'Amiral des Roseaux Célestes", c'est-à-dire rien de moins que le chef de la flotte du Fleuve céleste, autrement dit, la Voie lactée ! Mais déjà à cette époque, c'était un vilain garçon : ne voilà-t-il pas que, lors d'une soirée bien arrosée dans les cieux, il a tenté de faire des avances un peu... entreprenante à la belle Chang'e (en japonais Jôga 嫦娥), qui n'est rien de moins... que la Vénus chinoise, qui habite dans la lune (et qui plus est, est déjà mariée)... Et voilà le destin de notre Amiral scellé, pouf ! Jeté sur terre condamné à vivre comme un cochon !

20061131658490.jpg

Il se bat avec un fabuleux râteau à neuf pointes (c'est assez dur à imaginer, je sais) qui pèse bien ses 5000 livres. Bien que capable de se transformer ou de voler sur un nuage, il est en tous points inférieurs à Singet et, en plus, il est fainéant, ne pense qu'à manger, est idiot (on le surnomme "l'Idiot") et, comble de malchance pour notre simiesque héros, c'est le disciple préféré (profondément jaloux de Singet, qui plus est). C'est un peu toujours à cause de lui que notre équipe de bonzes se retrouve dans les ennuis : là où Singet voit les monstres, l'Idiot ne se soucie de rien et emmène le Vénérable droit dans les gueules des tigres et des dragons...

Et surtout, il mange... mais il mange ! Quelques centaines de kilos de riz le satisfont plus ou moins pour quelques heures et il se laisse avoir dans tous les pièges : les femmes, la bouffe, les illusions... C'est donc le "faire-valoir" par excellence : pas complètement inutile, il est toutefois plus apte à catalyser l'intrigue et provoquer les déboires et attirer les démons que pour les vaincre... Même s'il a ses bons moments.

Bref, un vrai cochon...

Certains auront donc reconnu qu'un certain Porcet communiste, portant le nom d'une célèbre variété de thé et grand amateur de petites culottes n'est pas étranger à ce personnage :

1228.gif

 

Voilà, à la prochaine pour la suite et les deux derniers personnages !

Partager cet article

Repost 0

commentaires